Tampon d’entreprise : les informations à inscrire

//Tampon d’entreprise : les informations à inscrire

On ne pense pas toujours à porter un soin particulier lors de la confection d’un tampon d’entreprise. Pourtant, il est important que son aspect comme les informations qui seront inscrites soient le reflet de l’image que l’entreprise veut véhiculer. Vous trouverez dans cet article 3 règles à appliquer pour la conception de votre tampon d’entreprise.

Design

Le tampon d’entreprise est un accessoire qui véhicule l’image d’une société au même titre qu’une carte de visite ou une bannière publicitaire. Celui-ci doit donc refléter le style et la dynamique de l’entreprise. Les agences de communication ou de graphisme opteront pour un style artistique ou moderne. Une entreprise plus conventionnelle se tournera vers un design simple mais éloquent. Si vous disposez de suffisamment de place n’hésitez pas à inclure votre logo pour un visuel moins banal.

Le plus important est de ne pas surcharger visuellement le tampon. Comme il servira à tamponner des documents administratifs ou commerciaux, il faut aussi veiller à ce que les informations soient clairs et précises. Toutefois, la praticité ne doit pas être négligée, si le tampon doit circuler entre différents services, il est conseillé d’opter pour un tampon modèle compact, durable et peu encombrant.

Mentions légales

Même s’il n’est pas obligatoire pour une entreprise de posséder un tampon, certains partenaires ou clients peuvent exiger qu’il soit apposé sur des documents relatifs à différentes transactions ou travaux effectués. Il est donc primordial de connaître toutes les informations à inscrire sur le tampon d’entreprise. Ainsi, dans le cadre administratif et commercial (factures, devis,…), il est obligatoire d’inscrire le nom de l’entreprise ou du professionnel. Il faut ensuite noter l’adresse du siège social ou les coordonnées du professionnel avec la forme juridique de la société et son capital. Pour une entreprise, le numéro d’identification est obligatoire (SIREN, SIRET, etc). Il ne faut pas non plus oublier la mention RCS avec le nom de la ville du greffe. Enfin, dans le cas où le professionnel exerce à l’international, il faut alors préciser le numéro de TVA intracommunautaire. Que ce soit pour un artisan, une entreprise ou une profession libérale, ces règles sont les mêmes. Il faut retenir que le but est de faciliter l’identification du détendeur du tampon grâce aux données légales qui y sont mentionnées.

Spécificités

Comme indiqué dans le paragraphe précédent, les règles à suivre concernant les mentions légales à inscrire sur un tampon sont les mêmes pour toutes les professions. Cependant, il existe une spécificité pour les professions libérales telles que les avocats ou les médecins. En effet, pour un médecin, par exemple, il est possible d’inscrire la mention « Conventionné » ainsi que son numéro d’identification au répertoire ADELI. Un avocat, quant à lui, peut indiquer le barreau auprès duquel il exerce ou encore sa spécialité (droit publique, droit des affaires,…).

Lorsque le tampon d’entreprise est fait en nom propre, le professionnel doit absolument inscrire ses coordonnées de contact et son activité. Ces inscriptions sont nécessaires afin de rassurer les interlocuteurs sur la fiabilité du professionnel.

Dans tous les cas, il faut trouver le juste milieu afin de communiquer les informations nécessaires sur le tampon tout en apportant une facilité de lecture. Un tampon réussi doit être bien lisible et cohérent avec l’image de l’entreprise ou du professionnel.

2019-01-22T09:16:10+00:00